STEPHANE KIPRE DEPUIS LE CANTON GBLO : « Asseyons-nous et discutons pour libérer la Côte d’Ivoire »

217528390_881214229409169_7464533419829327364_n

Please follow and like us:

  • 0
  • Share

STEPHANE KIPRE DEPUIS LE CANTON GBLO : « Asseyons-nous et discutons pour libérer la Côte d’Ivoire »

« Lorsqu’on parle de dialogue, les gens font allusion à un partage de postes. Comme au sortir de Linas-Marcoussis, ils ont eu des postes, ils pensent que le dialogue est un partage de postes. On n’a pas besoin de vos postes. Vous pouvez garder vos tabourets, mais venez on va discuter », a déclaré le président de l’UNG, Stéphane Kipré, le 15 juillet 2021, lors d’un déplacement à Sangrobo, dans le canton Gblo. Selon le leader de l’Union des Nouvelles Générations, on ne dialogue pas seulement quand il y a une crise. On peut dialoguer, dit-il, pour éviter une crise. « Arrêtons de croire que celui qui demande le dialogue est faible. Arrêtons de croire que celui qui demande le dialogue veut des postes. Il faut aller au dialogue pour éviter une crise, car les populations sont fatiguées. Asseyons-nous et discutons pour libérer la Côte d’Ivoire, pour libérer nos parents. Car les Ivoiriens sont fatigués. La Côte d’Ivoire est fatiguée », a martelé Stéphane Kipré.Le président de l’UNG s’est aussi prononcé sur les problèmes du moment auxquels font face les populations. « Nous sommes aujourd’hui dans un pays où tout est devenu cher. Les prix de produits ont flambé sur le marché, hors de portée de nos populations. Les populations ont besoin de nous. Nous devons sortir des discours politiques et nous attaquer aux vrais problèmes des Ivoiriens que sont le chômage, la cherté de la vie, la mévente des produits de rente. Nous sommes obligés de mettre l’intérêt des populations en avant, en nous réconciliant afin d’apporter des solutions aux vrais problèmes du peuple de Côte d’Ivoire », a  exhorté le président de l’UNG.

Djè Abel (La Voie Originale)

Please follow and like us:

  • 0
  • Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *