A L’OCCASION DU NOUVEL AN 2020, MON ADRESSE À LA NATION IVOIRIENNE

80667546_2543432185901724_5232478851929473024_o

Please follow and like us:

  • 30
  • Share

A L’OCCASION DU NOUVEL AN 2020, MON ADRESSE À LA NATION IVOIRIENNE

Ivoiriennes, Ivoiriens,
Mes chers compatriotes,
Vivant en Côte d’Ivoire et à travers le monde,

Alors que s’achève l’année 2019, je suis heureux de vous retrouver pour sacrifier à la tradition en vous présentant mes vœux, les meilleurs pour l’année 2020 ; à vous, à vos familles respectives, à vos proches et à toutes celles et tous ceux qui vous aiment et que vous portez en cœur.
Je sais qu’à quelques jours du nouvel An, certains d’entre vous sont à la tâche parce qu’ils font partie des forces armées ou des forces de l’ordre, parce qu’ils sont médecins ou personnels soignants, sapeurs-pompiers, parce qu’ils sont en charge de la continuité des services publics. Je veux ce jour les remercier pour cet engagement au service de la communauté.

Je sais également que plusieurs d’entre vous sont malades et alités dans la solitude de leur domicile ou dans les rares dispensaires et centres hospitaliers encore fonctionnels dans notre pays. Dans ces moments de fête et de retrouvailles familiales, cette solitude et cette souffrance sont encore plus rudes à supporter. Alors à vous, mes compatriotes qui êtes dans une telle situation, je voudrais vous exprimer toute ma sympathie et vous adresser une pensée fraternelle et que Dieu puisse vous accorder la bonne santé.

J’ai enfin une pensée toute particulière pour toutes ces personnes publiques ou anonymes qui comme moi, entament leur 9ème année d’exil forcé loin de leur terre natale et aussi pour ces nombreux prisonniers politiques civils et militaires qui croupissant encore dans les prisons de M. Ouattara et qui seront privés, une fois de plus, de la chaleur familiale à l’occasion des célébrations du nouvel An. A nous tous je dirai tenons bon car il fera bientôt jour !

Mes chers compatriotes,
L’année 2019 qui s’achève fut l’année de l’acquittement par la cour pénale internationale du Président Laurent Gbagbo, le référent politique du combat de notre liberté, qui depuis le 1er février 2019 est en liberté mais sous conditions.
2019 fut donc pour nous, l’année qui aura marqué le début de l’aboutissement de la longue et périlleuse lutte de libération de notre peuple embastillé avec le président Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale.
Après avoir battu le pavé en Côte d’Ivoire et dans le monde, avec abnégation et persévérance pendant huit (8) années de lutte sans répit, l’année 2019, a profondément métamorphosé nos espoirs en victoire permettant ainsi qu’advienne l’espérance partagée d’une transformation en profondeur de notre Nation Ivoirienne libre qui pointe inéluctablement à l’horizon 2020.
Il n’empêche que l’année 2020, année électorale en Côte d’Ivoire, qui s’ouvre est celle de nombreux défis pour notre pays et pour les nouvelles générations qui ont le devoir d’y faire face. Chaque génération ayant obligation de relever les défis de son temps.

Mes chers compatriotes,
Alors que le peuple de Côte d’Ivoire s’attend légitimement à espérer la célébration d’une alternance politique démocratique inclusive et pacifique inévitable en 2020, le gouvernement ivoirien dans sa ferme volonté de confisquer le pouvoir d’état par tous moyens, a entrepris de priver par la terreur et le tripatouillage, les citoyens ivoiriens de leur droit inaliénable du libre choix de leurs futurs dirigeants. Les tenants du pouvoir actuel dans notre pays, par leur refus systématique du dialogue et la violation constante des libertés publiques et individuelles, créent chaque jour les conditions d’une grave crise pré-électorale et post-électorale à venir qui auront des conséquences encore plus dramatiques qu’en 2010.

Ainsi l’on assiste sans aucun recours alternatif à :

      ●    La mise en place unilatérale d’une commission électorale aux ordres
      ●    L’interdiction et la répression systématique des manifestations de l’opposition politique
      ●    L’absence de dialogue avec l’opposition significative
      ●    L’instrumentalisation de l’appareil judiciaire pour maintenir hors du pays des adversaires politiques
      ●    L’invention de faux complots d’atteinte à la sûreté de l’état, dignes de l’époque du parti unique.
      ●    La confiscation ethnique du pouvoir d’état
      ●    L’arrestation illégale de députés de la nation contrairement aux dispositions constitutionnelles en vigueur
      ●    La caporalisation des médias d’état et privés.
      ●    Des meurtres d’opposants politiques et d’enfants, jamais élucidés en Côte d’Ivoire.
      ●    La manipulation grossière du code électorale au profit du parti au pouvoir
      ●    Le chantage politique exercé sur les fonctionnaires de l’administration et l’usage des biens publics au service du parti au pouvoir
      ●    Le chantage éhonté de tripatouillage de la constitution de la république de Côte d’Ivoire

Toute chose qui expose la Côte d’Ivoire à un risque de déflagration jamais égalée. Ce contexte politique fait peser clairement sur notre pays de graves menaces et confirme que le régime de M. Ouattara prépare plutôt le chaos et la chienlit en lieu et place d’élections libres, démocratiques, inclusives, transparentes et apaisés auxquelles a pourtant droit le peuple ivoirien après plusieurs années de souffrance en attente d’une pseudo émergence à l’horizon 2020.

Mes chers compatriotes,

Face aux risques d’implosion encourus, un seul rempart salvateur est envisageable : Celui de la cohésion de la Nation.
Nous sommes depuis la prise du pourvoir de M. Ouattara, divisés nous regardant en chien de faïence avec un manque de confiance mutuelle. Une situation confortée par la politique de rattrapage ethnique instituée comme modèle de gouvernance depuis le 11 avril 2011. Certes, dans toute nation les débats sont nécessaires, les désaccords sont légitimes mais les divisions ethniques irréconciliables minent profondément maintenant la nôtre par la faute des dirigeants actuels. Je souhaite donc plus de concorde pour la Côte d’Ivoire en 2020. Pour cela, je veux avant toute chose miser sur l’intelligence collective de notre peuple, l’amour de notre pays, le refus de la manipulation car nous avons tous cela en nous. Chaque ivoirien a en lui une capacité de se surpasser, de mettre l’intérêt de la nation en avant et de refuser l’autodestruction de notre pays à cause d’une boulimie de pourvoir jamais connue en Côte d’Ivoire et exercée actuellement.
Je veux ensuite miser sur l’entreprenariat comme solution à toute ses fausses promesses de création d’emplois et de bien-être de l’ivoirien. L’entreprenariat privé devrait être le cœur de notre projet en commun dans l’optique de la création de la richesse par tous et le partage d’une richesse équitable pour tous ce qui est malheureusement incompris par les gouvernants actuels de notre pays.

Certes, il y’a beaucoup d’autres enjeux sociaux économiques face á toute cette mauvaise gouvernance et gestion destructive de notre pays mais le travail doit avant tout être notre partage de la vision sociétale parce qu’il est ce qui dans une nation normale permet à chacun de trouver sa place, de progresser dans la vie et de s’émanciper. Notre Nation a besoin du travail et l’implication de tous ses fils.

Je veux enfin appeler à la fraternité des peuples frères et voisins de notre Nation pour une cohabitation pacifique intelligente et ce, dans l’intérêt de la paix et de la stabilité de la sous-région.

Mes chers compatriotes,

Nous devons ensemble relever le défi de cette année 2020.
Car les véritables enjeux pour ses 10 prochaines années qui devront tous nous inspirer seront la lutte contre le chômage qui mine notre jeunesse, une politique de santé de proximité répondant aux besoins de nos populations, une véritable politique foncière sources de plusieurs conflits dans nos régions, notre politique de migration économique pour passer d’une économie de rente à une véritable économie industrielle avec d’autres supports de développement que le binôme café cacao. Pensons á notre politique en faveur de celles et de ceux qui vivent en situation de handicap, notre politique des populations les plus faibles et des personnes du 3ème âge, notre politique sociale aidant les plus démunis et notre politique en faveur d’un véritable système éducatif formant des citoyens prêts à être compétitifs sur le marché de l’Emploi.

Mes chers compatriotes,

Face aux risques d’implosion qui pointent à l’horizon, nous interpellons les autorités actuelles à ouvrir le Dialogue Politique Inclusif que nous réclamons depuis bientôt 5 ans pour sauver la démocratie avant d’y être contraint par le Peuple, détenteur exclusif du pouvoir.
Les ivoiriens à l’approche de chaque année électorale ne peuvent continuer à vivre dans la hantise, la peur, la schizophrénie, la psychose imposée et entretenue par la politique.

En ces temps troubles de l’histoire de notre pays, je voudrais humblement en appeler au patriotisme de tous les acteurs politiques ivoiriens en les invitant à garder à l’esprit, l’impérieuse nécessité d’une alternance démocratique inclusive, innovante et pacifique en Côte d’Ivoire.

J’invite le pouvoir judiciaire qui a un rôle prépondérant dans cette quête permanente de démocratie, à demeurer le libre arbitre digne et impartial, refusant de se laisser instrumentaliser pour servir des desseins politiques obscurs.

J’encourage l’Armée et les véritables forces de défense et de sécurité de Côte d’Ivoire à demeurer républicaines et à se départir de toutes manœuvres tendant à fouler au pied les principes fondateurs et les valeurs cardinales d’une Armée au service du Peuple et de l’unité nationale.

J’appelle les partis, mouvements politiques de tous bords et la société civile au sens de la responsabilité devant l’histoire afin qu’en 2020, nous prouvions à la face de monde que la Côte d’Ivoire a su tirer les leçons de ses expériences passées afin d’éviter une autre crise dont plusieurs innocents pourront encore porter les stigmates.

J’appelle enfin l’ensemble de la Communauté internationale notamment, les Nations Unies, la CEDEAO et l’Union européenne partenaires au développement de la Côte d’Ivoire, à prendre des initiatives préventives et salvatrices pour préserver la nation ivoirienne du péril imminent dans laquelle veut véritablement nous conduire les dirigeants actuels par leurs refus du dialogue politique.

Mes chers compatriotes,
J’aurais tant aimé rassurer pour cette nouvelle année 2020. Hélas ! L’actualité nourrie par les dérives dictatoriales qui nous sont servies et accentuées en ce début d’année nouvelle, laisse présager une année 2020, faite d’incertitudes politiques et de graves reculs démocratiques.

Mes chers compatriotes,
En 2020, Il y aura certainement des difficultés, il y aura sans doute des imprévus ; vous aurez peut-être dans vos vies personnelles des moments de doute, d’hésitations et de questionnements intérieurs, mais n’oubliez jamais que nous sommes la NATION IVOIRIENNE, UNE NATION SOLIDE QUE NULLE DEVRA DETRUIRE CAR ELLE NOUS APPARTIENT A TOUS ET EN SOMMES TOUS RESPONSABLES. Sachons commuée les peines en joie de vivre et les blessures en humour. C’est avec cet esprit permanent du refus de la destruction que nous avons en partage, avec cette détermination et résistance ivoirienne intacte, avec cette espérance continuelle pour notre pays qui voudrait que « découragement ne soit jamais ivoirien » ; avec cette volonté de faire vivre notre RENAISSANCE IVOIRIENNE POUR BATIR UNE COTE D’IVOIRE DES NOUVELLES GENERATIONS que je vous présente tous mes vœux de Bonheur et de Paix pour l’année 2020.
Engageons-nous, tous ensembles, à œuvrer pour éviter le précipice à notre pays aux conséquences insoupçonnées.
Que Dieu nous bénisse et qu’il protège notre beau pays la Côte d’Ivoire. Bonne et Heureuse année 2020 à tous et à toutes.
C’est Dieu qui est fort.

Fait en exil, le 29 Décembre 2019

Stéphane Kipré
Président de l’Union des Nouvelles Générations (UNG)
Exilé Politique

Please follow and like us:

  • 30
  • Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *